Teddy Regnier, les promesses de campagne Partie 1

Commencons par une petite vidéo, elle est trouvable sur le site officiel de Teddy Regnier, « sculptonslavenir ».

Site officiel de Teddy Regnier

Nous sommes entre les 2 tours, ce débat entre Teddy REGNIER, Virginie KLES et Pablo DIAZ est organisé par Ouest France sur TV Rennes.

Vous pouvez le regarder en entier si vous le souhaitez, c’est déjà assez stérile à haut niveau, mais là, au niveau municipal, on sombre dans l’abîme.

De toute façon Teddy Reigner supplante ses adversaires et de très loin, ils sont à mille lieues d’avoir son charisme et son aisance en publique ou devant une caméra.

Ce point-là est très important pour comprendre la situation actuelle et la menace qui pèse sur Saint Didier aujourd’hui.

Teddy Reigner maîtrise parfaitement la seule compétence demandé aujourd’hui aux politiques: l’art de la communication.

Cerise sur le gâteau, il a pour lui la jeunesse et un physique agréable. Étudiant il intègre une école de commerce puis effectue un master en marketing dans une des meilleures école de Paris. Jeune, il animait des soirées, pas mieux pour travailler la prise de parole et l’aisance en publique. Expériences professionnelles commerciales, puis directeur du marketing, voilà l’homme prêt et parfaitement aiguisé pour la politique.

On reviendra peut-être plus tard sur pourquoi la déviation de Châteaubourg et l’échangeur sur la commune de Saint Didier, sacrifiée sur l’autel de l’ambition politique, car ces ouvrages, s’ils sont réalisés, pourront devenir le tremplin de Teddy Regnier pour la carrière à laquelle il aspire.

Il ne s’en cache pas et il faut lui reconnaître son honnêteté sur ce point. L’homme s’est déjà présenté aux législatives en 2012 avant d’écraser ses adversaires aux municipales qu’il a remporté haut la main. Même pendant la campagne électorale il n’a jamais caché vouloir faire de la politique un métier à plein temps. Il avoue même que maire de Châteaubourg n’est qu’un « marche-pied pour dans 15 – 20 ans ».

Question ambitions, le journaliste sur la vidéo résume ça très bien avec une phrase laissée en suspens « l’ombre de Pierre Méhaignerie qui planerait pas un petit peu »…

Et voilà en partie le drame de Saint Didier.

Il ne s’agit pas juste d’un ouvrage d’art, cette déviation et son échangeur ravageant Saint Didier serviront au maire de Châteaubourg à laisser une trace, la première pierre qui doit propulser sa carrière politique.

Par le nord, sur sa commune, il froisse son électorat, par le sud c’est un véritable boulevard qui s’ouvre à lui. En épargnant la commune de Saint Jean, il la sort des contestataires, reste Saint Didier.

Maintenant, face à lui, face à ce jeune politicien parfaitement affûté, une équipe d’élus locaux à l’ancienne, toujours les mêmes, usés par 15 années d’exercice du pouvoir local, des représentants d’une époque révolue, encore dans la chimère de la croissance à deux chiffres, des 30 glorieuses perdues, du tout bitume, du tout voiture, convaincus qu’il suffit de créer des grandes surfaces goudronnées pour que poussent par miracle les emplois…

Le jeune loup n’a pas beaucoup dû user de ses talents et de ses charmes pour convaincre ses proies. Elles étaient déjà quasiment consentantes, convaincues que cette aberration de goudron pourrait être un progrès, et qui sait, pour certains d’entre eux, cette horreur sera également la trace qu’ils nous laisseront pour au moins un siècle.

On va mettre Teddy Regnier face à ses contradictions, mais maintenant, la vidéo.

Les moments clés:

Avancer à la minute 17:30s

Teddy Regnier: Il y a ce projet de barreau de delestage qui va un peu conditionner aussi il faut le dire…

Journaliste: ce n’est pas un projet neuf la fameuse rocade de Châteaubourg on en parle depuis des années.

Teddy Regnier: aujourd’hui il y a une différence, Mr Diaz par exemple propose une solution au sud alors que nous, nous prévoyons un barreau de délestage au nord comme Mme KLES en sachant que la déviation complète de Châteaubourg aujourd’hui ne se fera pas vu les finances de l’état et du conseil général.
Donc ça sera une solution à minima pour régler en partie les problèmes de circulation
Avancer à la minute 22:18s

Teddy Regnier: ce qui est vraiment intéressant aujourd’hui c’est qu’on voit aujourd’hui qu’il y a une liste qui représente le dialogue apaisé, vous voyez ce qui se passe (l’échange entre V Kles et P Diaz) c’est ce que l’on vit dans la commune aujourd’hui (…) on veut aujourd’hui (les électeur) quelqu’un qui soit apaisé, qui soit neutre, qui soit constructif, qui soit capable de rassembler les Castelbourgeois (…)

 

Débat

 

« Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent »

(Citation d’un politique qui connaissait bien son sujet)

Publicités
Par défaut

Une partie de ceux qui avaient voté “non” sont maintenant pour le “oui”… Partie 2

2001-05-c_resize

Déviation de Châteaubourg mai 2001

2001-05-d_resize

PASSPASUD mai 2001

2001-05-d_resize_2

Zoom plan PASSPASUD mai 2001

 

Retranscription du premier document extrait du bulletin municipal de mai 2001 :

Déviation de Châteaubourg

L‘ancien Conseil Municipal avait émis un avis défavorable au projet de la déviation de Châteaubourg par le Sud. Madame Le Maire demande aux conseillers actuels d’émettre un avis sur ce projet.
Le Conseil Municipal émet un avis défavorable à ce projet par 14 voix sur 14 votants.

 

Retranscription du deuxième document extrait du bulletin municipal de mai 2001 :

PASSPASUD

Voilà près d’un an et demi que notre association fonctionne.
Elle a tenu son assemblée générale le 6 avril dernier en présence d’un public nombreux et motivé constitué d’une centaine de personnes dont des élus du canton.

Des contacts vont à nouveau être pris avec les responsables locaux concernés (conseil général, communauté de communes, nouvelles municipalités) afin de leur expliquer les raisons de notre opposition. L’association fonde de grands espoirs d’écoute et d’échanges avec les nouveaux élus de Châteaubourg qu’elle souhaite rencontrer très rapidement.
D’autre part Passpasud désire travailler avec les différentes associations qui se sont créées dans le pays de Vitré pour réfléchir à un aménagement global du réseau routier.
Afin d’avoir encore plus de poids dans les différentes négociations. n’hésitez pas à nous rejoindre (la cotisation est de 10F). Vous êtes tous concernés.
En effet la concrétisation d’un tel projet apporterait de très nombreuses nuisances et serait un frein évident au développement de la commune de Saint Didier, celle-ci se trouverait « prise en tenaille »entre la quatre voies et cette déviation.

Pour vous permettre de vous rendre compte par vous-mêmes de ces nuisances une promenade découverte est prévue sur le terrain le dimanche 10 juin.
Venez nombreux pour manifester votre soutien.

 

 

N. B. Nous publions dans cet article des documents publics y compris des photos de personnes publiques d’hier et d’aujourd’hui.
Heureusement pour les Déodatiens, l’ensemble du conseil municipal, d’hier et d’aujourd’hui, n’est pas favorable à cet épouvantable projet.
Une partie du conseil municipal, conseillers comme adjoints, a toujours été opposée à cette folie, cet article ne s’adresse bien évidemment pas à eux.

Par défaut

Une partie de ceux qui avaient voté « non » sont maintenant pour le « oui »… Partie 1

2000_resize

Conseil municipal mai 2000

2000-05-c

ASSOCIATION PASSPASUD mai 2000

2000-05-d_resize

PROJET DE DEVIATION DE CHATEAUBOURG mai 2000

Retranscription du premier document extrait du bulletin municipal de mai 2000 :

ASSOCIATION PASSPASUD

Constituée en décembre 1999, cette association qui compte une centaine d’adhérents  s’oppose à l’ensemble des tracés proposés par la déviation de Châteaubourg par le sud. En effet, les propositions faites n’ont pas l’avantage de résoudre les problèmes qui semblent justifier une deuxième déviation sud de Châteaubourg. La première étant l’autoroute. Elles ne font que déplacer les problèmes sur les communes de Saint Didier et Saint Jean Sur Vilaine et apportent beaucoup de contraintes :

  •  Destruction d’habitations
  • Coupures d’exploitations agricoles.
  • Construction “d’œuvres d’art” très
    imposante et limitant la communication
    entre Saint Didier et Saint Jean-Sur-
    Vilaine.

Toutes ces revendications ont conduit le Conseil Général à faire un étude de déviation de Châteaubourg par le nord.

Nous attendons une réponse pour septembre.

Pour plus de renseignements, ou pour adhérer à l’association, vous pouvez contacter :

Emmanuel Renault  Président
Bertrand Sorre           Vice Président
Christian Maudet      Vice Président
Anne-Marie Viel        Trésorier
Andrée Hurault          Trésorier
Didier Masson            Secrétaire
Philippe Gruet           Secrétaire

Retranscription du deuxième document extrait du bulletin municipal de mai 2000 :

PROJET DE DEVIATION DE CHATEAUBOURG

Au cours de l’année 1999 le Conseil General informait la municipalité de Saint Didier d’un projet de déviation de Châteaubourg par le sud, avec pour consequence la traversée de saint Didier d‘ouest en est. En parallèle, la municipalite recevait 6 tracés possibles émanant du Conseil Général, tous passant sur le territoire de la commune. Fin juin 1999.
Monsieur le maire de Saint Didier prenait l’initiative de réunir tous les riverains potentiels de ces tracés. À l’issue de cette réunion. l’assemblée décidait de refuser ces tracés. Le conseil municipal décidait d’envoyer une lettre au préfet et au Conseil Général expliquant les motivations du refus. Fin d‘année 1999, des riverains potentiels de ces tracés de
Saint Didier et de Saint Jean sur Vilaine décidaient de réunir toutes les personnes habitantes proches de ces tracés.

À la suite des débats, une association anti-déviation dénommée ‘Passpasud» est constituée. Le 23 décembre 1999, le Conseil Municipal de Saint Didier créait une commission extra-municipale pour réfléchir à ce projet. Aussi, voici ci-dessous le compte rendu de cette commission qui s’est réunie le 29 décembre 1999.

ANALYSE DE LA SITUATION
1) Besoin pour les 10 ans à venir, de dévier les Communes de St Jean sur Vilaine, St Melaine et Châteaubourg

2) Adapter un tracé le plus judicieux possible pour assurer cette déviation.

  •  L’habitat de Châteaubourg se développe au nord de la rivière et du chemin de
    fer. Actuellement Châteaubourg n’a qu’un seul pont sur la Vilaine et sur le
    chemin de fer pour se dégager du centre en direction de Rennes. Pour l’avenir de
    Châteaubourg c’est un handicap certain, si il n’a y pas de deuxième pont.
  • Dans le projet actuel, la route de Marpiré qui arrive à lOuest du Centre de
    St Jean ne sera pas raccordée à la déviation proposée , si ce n’est de faire passer
    les véhicules par le centre de St Jean.
  • Au Sud de St Jean , la vallée arborée serait transformée et défigurée par un viaduc nécessaire d’environ 25 mètres de haut et de 200 mètres de long, afin d’enjamber la Vilaine et le chemin de fer, sans compter les coûts supplémentaires engendrés par ces travaux onéreux.
  • Le départ de ce tracé à l’est de Saint Jean se situe en bas de côte, secteur trés dangereux pour une bifurcation de routes.
  • Le projet actuel passe a la limite des lotissements de St Didier . Quel développement possible reste-t-il pour la commune de St Didier ? Déjà coincée au Sud par l’autoroute et sans accès, bloquée au Nord également : intérêt nul pour la Commune .
  • Le lieu dit «La Peiniére» lieu touristique, note la présence d’un hôtel dénommé «relais du silence» . Peut-on garder l’image et la renommée du site avec une déviation a 200 mètres et un passage de 7000 a 8000 véhicules par jour ?
  •  Que deviennent les exploitations agricoles coupées en deux par la déviation ? Une des exploitations serait au moins concernée, le projet passe juste devant les bâtiments : comment faire passer le animaux de l’autre côté.
  • A l’arrivée vers le sud de Châteaubourg, la Station de pompage au lieu dit «l’Etang des vallées» n‘est-elle pas prioritaire , étant donné le nombre de Communes qu’elle dessert ? (voir périmètre à respecter , 500 mètres) A partir de ces données négatives pour un bon projet, n‘y a-t-il pas à se poser la question d’une étude au Nord ?

Pour toutes ces raisons, la Commission extra-municipale demande aux décideurs (Conseil Général, Elus locaux) de réfléchir à nouveau sur le projet et demande :

  • de faire une étude sérieuse sur un tracé nord
  • de tenir compte des handicaps formules par rapport au tracé Sud
  • de bien prendre en compte que ce projet est une réalisation pour une utilisation dans la durée, pour le siècle et plus.

 

Jacques Dutronc – L’opportuniste

 

N. B. Nous publions dans cet article des documents publics y compris des photos de personnes publiques d’hier et d’aujourd’hui.
Heureusement pour les Déodatiens, l’ensemble du conseil municipal, d’hier et d’aujourd’hui, n’est pas favorable à cet épouvantable projet.
Une partie du conseil municipal, conseillers comme adjoints, a toujours été opposée à cette folie, cet article ne s’adresse bien évidemment pas à eux.

Par défaut

Désobéissance civile

« La désobéissance civile est le refus assumé et public de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir jugé inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique. Le terme fut créé par l’américain Henry David Thoreau dans son essai La Désobéissance civile, publié en 1849, à la suite de son refus de payer une taxe destinée à financer la guerre contre le Mexique. Si la désobéissance civile est une forme de révolte ou de résistance, elle se distingue pourtant de la révolte au sens classique. La révolte classique oppose la violence à la violence. La désobéissance civile est plus subtile : elle refuse d’être complice d’un pouvoir illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération. Le principe même du pouvoir politique pourrait rendre possible l’efficacité de cette action. »

Sources Wikipédia

Par défaut

Le rectangle des bermudes

Contrairement à ce qui fut dit par le rassurant maire de Châteaubourg lors de la réunion publique du 28/09/2016 à Saint Didier, l’affirmation que rien n’est encore fait ou décidé concernant le tracé de la déviation, que les phases d’études ne seraient même pas commencées et que toutes propositions, idées ou questions de la population seront prisent en compte « même par des moyens digitaux », semble mise à mal.

Il y aurait même quelque chose d’étrange dans l’air en ce moment, pas un vent de panique, non, mais de la précipitation, de l’agitation même, voir des odeurs de marchandage en cachette.

Pourquoi commencer à négocier certaines choses alors que rien n’est commencé, ni études, ni choix de projet ?

Pourquoi, alors que rien n’est fait, rien n’est décidé, un élu, suite à la distribution d’un simple tract d’information, irait donc vanter les bénéfices d’un périphérique sur leur commune à des habitants de Saint Didier ? C’est un peu comme convaincre une personne en bonne santé des bienfaits d’un futur cancer alors que le médecin a levé toutes inquiétudes sur le sujet la veille.

Pourquoi le document présenté par Teddy Reigner n’est toujours pas à la disposition de la population contrairement à sa promesse le soir de la présentation ?
Pourquoi aussi, les fameux documents jumeaux présentés et diffusés quelques mois auparavant sur Châteaubourg sont tout aussi introuvables par les voies officielles ? Sont-elles également impénétrables ?

D’ailleurs, où sont donc passés les tonnes d’études, de plans, de documents sur les différents projets de déviations ? Depuis 20 ans que ça dure, que ça mijote, que ça va, que ça vient, ça doit en faire des piles d’études. A se demander si même un centimètre carré du rectangle des Bermudes(1) a pu échapper à l’une de ces études.

En 2001 nous en étions à la 5ième version officielle, avec toutes les études qui vont avec, en 2016, à quel numéro de version en sommes nous ?
D’ailleurs, en parlant du projet 2001 et du plan qui l’accompagnait, bien qu’extrêmement nuisible pour Saint Didier, il mérite qu’on y jette un oeil de plus près.

Pourquoi tous ces habitants de Châteaubourg, de Domagné, de Saint Jean sur Vilaine évoquent-ils depuis quelques mois avec impatience et certitudes LA future déviation et l’échangeur sur Saint Didier ? Mentent-ils tous lorsqu’ils affirment détenir l’information d’un de leurs élus ? On aperçoit même parfois un peu de compassion gênée pour les Déodatiens dans leur regard. « Tu as vu le véritable périphérique, l’échangeur et le trafic qu’ils vont se prendre à 100 mètres de chez eux pour certains, les pauvres… »

Quand deux personnes de l’assistance interpellent le maire et son équipe lors du conseil municipal du 11 Octobre 2016 et posent cette simple question :
« Monsieur le maire, vous nous dites que ce conseil municipal devra donner son accord le moment venu pour que le projet se réalise, dans ces conditions, si demain c’est le projet d’une déviation par le sud, par Saint Didier, avec l’échangeur sur la route de Domagné qui est choisi, quel sera alors votre vote, pour ou contre ? »

Pourquoi donc à ce moment là, le maire et ses adjoints sont ils incapables de répondre à une question aussi simple ? C’est une non réponse immédiate et nette, comme ce fut le cas, qui pour le coup, devient inquiétante et source d’angoisses.

Suite à cette simple question, l’assistance a quand même pu entendre un adjoint finir par prononcer un pitoyable « à ce moment là, en mon âme et conscience, ce que je voterai ne vous regarde pas »
Un vote sur un sujet aussi majeur pour Saint Didier et ses habitants ne les concernerait donc pas ? Un ouvrage titanesque défigurant toute la commune du nord au sud, qui nuirait pour des décennies et des décennies, les citoyens n’auraient donc pas leur mot à dire sur le sujet ? Belle vision de démocratie transparente de la part d’un élu en poste sans interruption depuis au moins 15 ans.
Lors de ce même conseil et toujours à la suite de cette simple question un autre habitant de la commune prend alors la parole:
« Monsieur le maire, le moment venu, pourra-t-on compter sur vous pour défendre l’intérêt de votre population ? »
Comment peut-on en arriver à ce que des bravent gens en viennent à se poser ce genre de questions, car bien évidemment c’est le rôle d’un maire que de veiller à défendre les intérêts de sa commune et de ses habitants.

Dans l’émotion, voir le chaos du moment, l’auditoire a aussi pu entendre le maire évoquer trois projets.
Trois projets, mais c’est quoi encore cette histoire de trois projets, quels sont-ils et où peut-on les consulter ?

Dernier pourquoi, pourquoi en 2001, un projet par le sud avait su créer une réaction de rejet telle qu’une association s’était constituée en à peine deux ans, forte de 100 adhérents dont de nombreux élus du canton. Cette association négociait avec le conseil général, la communauté de commune et Châteaubourg alors que sa population était d’au moins un tiers inférieure à celle de 2016.

Début 2000, des Déodations et des Saint-Jeannais auraient réussi à lutter contre un projet de déviation qu’ils considéraient comme extrêmement nuisible pour la commune, et nous, en 2016, nous laisserions faire alors qu’on nous rajoute l’échangeur en bonus  ?
Ha oui, parceque pour les habitants de Châteaubourg, de Domagné et de Saint Jean sur Vilaine cités plus haut, l’échangeur à Saint Didier, c’est une certitude.
Mince encore un pourquoi, en parlant d’élus du canton, militants et opposants de l’époque…
Le Fantôme de PASSPASUD
(1)Rectangle des Bermudes, dit aussi rectangle de Teddy en référence à sa fameuse zone rectangulaire qui, en l’an de grâce 2016, englobait toute la commune de Saint Didier sur la carte mystérieuse qu’il montra alors aux barbares Déodatiens. Ces derniers redoutèrent que le chef de leur village songeât à capituler et à jeter son bouclier aux pieds de Teddy. Le reste de l’histoire n’est que légendes, tout est imaginable sur ce qui se passa réellement par la suite.

Par défaut
2016_10_12_img_9999_22-panorama

Photo prise au nord ouest de Saint Didier, sous la rocade, proche de la D105

Panorama du lotissement l’arbrier au nord ouest de Saint Didier, entre la rocade et la D105.
La prise de vue est effectuée depuis une parcelle à construire. La déviation partirait de la gauche, passerait derrière contournant tout le flanc ouest du lotissement et irait se raccorder à l’échangeur. Ce dernier s’avancerait sur la moitié de la largeur du champs à droite, à moins de 100 mètres des premières habitations et à 200 mètres des futures constructions.

L’arbrier, lotissement en cours de viabilisation et directement exposé

Image
2016_10_12_img_9999_78-hdr-panorama

Photo prise à la sortie nord de Saint Didier, rue du vieux moulin

Panorama fait à la sortie nord de Saint Didier, on voit à droite la rue rue du vieux moulin. La déviation traverserait la partie gauche du cliché, des arbres situés au milieu en arrière plan, pour disparaitre derrière les maisons à gauche qui seront, elles ,complètement exposées.

Au nord de Saint Didier

Image